Les vêtements en coton mettent environ 6 mois à se dégrader dans la nature. Et si cette durée peut paraître relativement longue, le coton est en réalité le textile le plus biodégradable car il est réalisé à partir d’une plante. Oui mais…le coton utilisé de jours est loin d’être bio. De plus, les colorants utilisés pour teindre les vêtements sont extrêmement toxiques.

Le souci également c’est que nos vêtements ne sont pas fait que de coton. Souvent fabriqués avec des matières plastiques comme le polyester (qui permet notamment l’effet stretch du vêtement), en se dégradant dans la nature, le vêtement libère ses matières issues de la pétrochimie…C’est également les vêtements qui sont la première source de micro-plastiques dans nos océans.

Face à cela, il faut lutter contre l’obsolescence culturelle

L’obsolescence culturelle, qu’on appelle également l’obsolescence psychologique ou esthétique, est créée par la mode. La mode dans tous les domaines: IT, vêtements, accessoires…Les entreprises sortent de nouveaux produits alors même que les précédents sont toujours fonctionnels. Habiles dans l’art du marketing, elles utilisent des moyens de publicité extrêmement efficaces afin de provoquer des changements fréquents de goûts, de mode ou encore de design et suscitent ainsi le désir chez les consommateurs. L’obsolescence culturelle a un impact lourd sur l’environnement puisque du coup, les produits que nous ne voulons plus sont abandonnés, voir même jetés en pleine nature. Et croyez moi des clusters de déchets à Maurice, malheureusement il y en a 🙁

Lors de votre prochain achat de vêtement ou accessoire, ayez un acte conscient et réfléchissez si vous avez vraiment besoin de ce produit…

A bientôt

Elise

avatar